Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les zaventures de la Belette (tin tin tiiiin...)

C'est bien connu, la Belette aime la rando...

Aussi, vendredi dernier (ouaah, quel beau soleil de printemps !) ai-je décidé de sortir de mon terrier pour explorer mon nouveau territoire... Armée de mon "guide rando de St-Erblon" je partis guillerette en quête des petits sentiers balisés.
Mais l'aventure m'attendait au coin de mon immeuble (oui, oui, un terrier d'immeuble, parfaitement), car ce guide offert grâcieusement par la mairie aux nouveaux zarrivants est en fait un terrible complot destiné à éliminer tous les habitants non originaires de St-Erblon...!!!

La carte IGN commença par indiquer "passez derrière le petit étang puis faites une semi-demi-boucle pour remonter le long des maisons" mais à St-Erblon, il n'y a pas 1 mais 3 étangs les uns à la suite des autres...et des zones résidentielles poussant comme des champignons... Hmmm... Bon. D'après la carte, je dois remonter vers la départementale, alors on va essayer de passer sur cette petite allée piétonnière et retrouver la route... Ouais ! La route ! Mais...pourquoi qu'il y a indiqué "C104" et pas "D36" sur le panneau ?! Ya pourtant bien qu'une seule route à cet endroit... Soit. Je poursuis ma route - sur la bonne route mal indiquée - en cherchant un sentier sur la gauche.
Tiens, en voilà un ! Hum, un peu gadouilleux par ici...spouitch spouitch...tiens un petit passage ici.
???
 Si je veux atteindre ce corps de ferme, il va me falloir couper au milieu du champ à peine germé...
Ah. Non. Ca doit pas être par là. Demi-tour.

Ah, tiens, en fait, ce n'était pas un sentier ni un chemin forestier, mais une route de ferme que je devais trouver ! Voilà le panneau indicateur "Les Herbégements". Cool, c'est le bon chemin (sûrement déjà fait le double de trajet qu'il aurait fallu).
Effectivement, j'arrive à la ferme. Chez les gens. Mais de sentier, point. Il devait sûrement partir autrefois de ce pré fermé par une grosse clôture dont le portail est solidement attaché par des cordes de lieuse... Si je me fie à ma carte, je dois pouvoir rattraper le-dit sentier par...ce chemin là sur le côté. Bon. Allons-y. Spouitch spouitch, SPLOUTCH. Hum. Passons par le talus. Au sec !
5 minutes de marche et j'arrive à une intersection. Devant des champs de colza sans balisage ni semblant de chemin. Le sentier prévu (???) parait apparaître sur ma droite. Inondé. Je regrimpe le talus pour découvrir une pinède. Au moins c'est dégagé.

[je suis assez soulagée en fait que Dame Nature m'ait dotée d'un sens certain de l'orientation...]

L'objectif : retrouver ma départementale communale. Je poursuis donc dans la pinède et retrouve une allée forestière sur la droite. C'est déjà dans le bon sens ! Je poursuis par là et rencontre un chevreuil persuadé d'être peinard dans ce coin où ne doit habituellement passer personne... Presque aussi bruyant que moi, sa fuite ne pouvait passer inaperçue ! L'allée forestière se poursuit jusqu'à une allée plus large, qui ne doit jamais servir car elle est entièrement recouverte d'herbe et de petites fleurs jaunes et entourée de chaque côté d'arbres. C'est calme. Pas un bruit, juste les oiseaux, et moi. L'image qui me vient c'est la Lorien...


Cette allée se poursuit jusqu'à une ancienne entrée sans portail... Timidement, j'entre. Pas de chien (ouf !), mais pas de sortie non plus. Je viens de trouver l'entrée secrète d'un tout petit manoir...! Inhabité. Joli petit parc-jardin derrière mais je n'ose pas faire le tour de la maison de peur d'être prise pour je-ne-sais-quoi... Il faut trouver une autre sortie !
Retour sur mes pas. Au niveau du portail-qui-n'est-plus, un passage sur la droite vers un pré. Le panneau que je peux voir au loin indique...mon objectif ! J'ai retrouvé la route ! Traversée du pré (vide) et arrivée au bord de la route : il faut sauter le talus escarpé ! Mais il y a un passage plus facile à gauche...très bien cadenassé par une clôture doublée de barbelé...On n'aime pas les randonneurs dans ce pays...

La route est retrouvée. Je poursuis avec un sentier entretenu (!) et arrive au prochain objectif sans encombres. Maintenant il faut marcher le long de la grande route avec les voitures qui vont vite...Hmm... Essayons de trouver plus tranquille. Encore faut-il réussir à identifier le bon sentier ! Un peu lasse de devoir deviner sans arrêt, j'opte pour la route de campagne et retombe tranquillement devant ma clinique.

Le circuit proposait encore des petites boucles deci delà, mais après 2h30 de marche, j'en ai ma claque ! Je coupe le bourg par derrière et tombe sur ce champ, et son occupant. Alors petite devinette aux spécialistes : c'est quoi la race ou c'est quoi le mélange ? (et c'est pas que du blanc-bleu ! mais je n'ai pas la réponse, j'attends juste vos propositions)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

pika 04/05/2008 15:47

...adage familial : "ben, le seul intérêt de se promener c'est d'se perdre".

(adage que vient tout récemment de me rappeler mon pôpa-n-à-moi, lors que la discussion portait cadavres de moutons et terroristes dans les bois - voilà pourquoi je ne pense que tout soudain aujourd'hui à le citer ici...)